Cellulite. Avec un peu de perspective, ça pourrait signifier petite cellule. J’ai des petites cellules sur les cuisses. Qu’elles sont chou. Vous m’en prendrez bien quelques-unes? Ah non, flûte, la cellulite n’est pas contagieuse; elle se développe grâce à la génétique, à la suite d’abus de glace au spéculoos ou à l’arrivée d’un bébé. Et un bébé, j’en ai un tout frais auquel j’attribue exclusivement et sans mauvaise foi la quantité de petites cellules apparues sur le bas de mon corps si féminin (mais mon mec aussi, il a des plis, des bosses et de la peau d’orange, or je vous l’assure, c’est un garçon!). Le lobby pro-allaitement m’avait pourtant vanté l’intérêt anti-cellulitique des tétées. Du vent, oui. Six mois de multiplication des cellules plus tard (laissez venir à mon sein les petits enfants…), je peste sur les plages du Midi, où, le bébé sevré, je me retrouve avec une bouée de cellules inutiles et flapies. Hors-saison, les vacanciers sont des parents avec enfants en bas âge. Vous avez compris le rapport avec la cellulite. J’observe. Pas de doute, les meufs, elles en ont toutes. Allez zou, une aïoli.

Sabine Panet

Publicités