Le 27 Septembre 2011, Osez le Féminisme France a lancé la campagne “Mademoiselle: une case en trop!” (http://www.madameoumadame.fr/) et s’est attiré les foudres d’un large nombre de personnes ainsi que la sympathie de beaucoup d’autres. L’idée centrale de la campagne: une civilité différente pour les hommes et pour les femmes est révélatrice de l’inégalité entre les sexes. Les hommes sont officiellement appelés “Monsieur” – et c’est tout. Par contre, les femmes sont appelées soit “Mademoiselle” soit “Madame” selon si elles sont mariées ou pas. Ceci nous renvoie à l’époque où les femmes étaient considérées inaptes à être des citoyennes à part entière mais par le mariage passaient d’être sous la tutelle de leur père à celle de leur mari. Cette distinction semble bien anodine, voire, un détail mais il n’en reste pas moins que c’est une marque de sexisme que nous avons intégré dans notre quotidien. La preuve des pays tels que le Danemark, le Canada et même chez nous, en Belgique, ont considéré qu’il était nécessaire d’agir sur cette question. Depuis 1993, le décret relatif à la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, recommande de généraliser l’appellation de Madame en lieu et place de Mademoiselle dans tous les textes et institutions suivants :

– dans les lois, décrets, ordonnances et règlements, ainsi que dans les circulaires, instructions et directives des autorités administratives ;

– dans les correspondances et documents émanant des autorités administratives ;

– dans les contrats, marchés ou actes des autorités administratives ;

– dans les ouvrages ou manuels d’enseignement, de formation permanente ou de recherche utilisés dans les établissements, institutions et associations relevant de la Communauté française, soit parce que placés sous son autorité soit parce que soumis à son contrôle, soit bénéficiant de son concours financier.

A. A.-C.

Publicités