Qui a peur des féministes?

Vous avez bien lu, des féministes en 2012.

Aujourd’hui en Belgique, les femmes gagnent 22%[1] de moins que les hommes. 7 viols sont déclarés chaque jour[2], la grande majorité des viols ne font jamais l’objet d’une plainte. 2/3 des personnes bénéficiaires de la Garantie de revenus aux personnes âgées sont des femmes. Le droit à l’avortement, récemment acquis, est encore fragilisé. Peut-on parler de cas isolés ? Non. Les femmes se battent encore aujourd’hui contre les discriminations, l’invisibilité, les violences, les injustices.

C’est pourquoi nous sommes fières d’être féministes, et de le dire aujourd’hui, en 2012, parce qu’il y a urgence.

« En Belgique, ce n’est quand même pas si terrible, l’égalité, vous l’avez! »

Nous refusons de nous satisfaire d’un semblant d’égalité qui maintient les femmes dans une situation d’oppression. Le marketing, le marché du travail, la société nous enferment toutes et tous dans des cases, conditionné-e-s par notre sexe avant même de savoir parler.

« Je ne suis pas féministe, mais je suis pour l’égalité entre les femmes et les hommes. »

Le féminisme se bat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Le mot, qui a été caricaturé, moqué, ne dit pas autre chose. Pour mettre fin à la domination exercée sur les femmes dans la société, le féminisme revendique l’égalité.  

« Les féministes détestent les hommes »

Le féminisme défend une société où les femmes comme les hommes sont des individus libres avec des qualités qui leur sont propres, et que l’on ne réduit pas à leur sexe. Il ne s’agit pas d’une guerre contre les hommes, mais d’un combat pour mettre fin à une situation archaïque qui maintient chacun-e dans un rôle étriqué et caricatural.

Rejoignez le mouvement, Osez le féminisme!

1] Source: L’écart salarial entre femmes et hommes en Belgique – Rapport 2012 (PDF, 1.35 MB) disponible sur le site de l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes

[2] Source: http://www.sosviol.be/le-viol/tous-concernes.html

Publicités